Vicky Cristina Barcelona


#41

Ahah, t’inquiète, ça fait sens.



Moi de mon côté, j’ai que des retours mitigés à propos de Vicky Cristina Barcelona, tout le monde (ou presque on est minoritaire à avoir bien aimé) dit que c’est pas si drôle, que c’est cliché (après tout on attends pas vraiment de Woody Allen qu’il nous apprenne vraiment qq chose sur les relations amoureuses)… Donc en général, je me méfie avant de m’emballer et dire que j’ai bcp aimé. Ou alors ils étaient tous pas d’humeur à rire ou c’était moi qui était particulièrement propice à ça et qui ait disproportionné le plaisir que m’a procuré le film…



Jsais pas ce que les gens veulent…


#42

De mon côté je connais personne qui n’ait pas aimé. Et j’ai pas trouvé ça si cliché, à part les personnages eux-même et ce en quoi ils croient au début du film (Vicky qui croit en l’âme soeur dur comme fer…), mais ils évoluent de façon assez inattendue et c’est ça qui m’a plu dans ce film (entre autres choses).


#43

En fait, on s’y attend à ce qu’ils changent, donc en cela, rien de très surprenant. Mais je pense que les clichés étaient plutôt tournés vers le fait que comme la plupart des réals américains, Woody Allen est convaincu et animé par le côté idyllique, romantique, débridé et libertin des européens, ce qui en soit est un cliché parce que la majorité des européens ne vivent pas des relations aussi libres (sauf la minorité d’artistes, qui je suppose fonctionne pareil aux States).


#44

C’est peut être ce que croit Woody Allen, mais concernant le film, il ne raconte qu’une histoire et ne laisse entendre à aucun moment que tout le monde est aussi débridé que Bardem&Cruz en Europe.

En y repensant il y a bien un moment ou il est dit que Cristina en a vite eu marre du matérialisme américain et qu’elle a enfin trouvé une vie qui lui convienne mieux avec Antonio, mais j’ai pas trouvé ça énorme.

En tous cas pour ma part, à aucun moment je ne me suis fait de reflexion à ce propos.



Heureusement que les personnages évoluent, et bien sûr qu’on s’y attend. Ce à quoi on ne s’attend pas vraiment c’est la façon dont ils évoluent, je pense surtout au personnage de Vicky.


#45

Je pense qu’il y a des gens qui attendent trop des films et des réalisateurs, c’est peut-être pour ça qu’ils sont déçus je sais pas.



Je crois que Woody Allen aime juste torturer ses personnages psychologiquement, mais sans tirer de conclusions finalement. Vicky se dit que son train-train n’est pas si génial que ça finalement, puisqu’elle veut retourner avec Juan Antonio, et Cristina n’aime pas finalement une vie trop débridée, puisqu’elle repart vers New York. En fait la seule conclusion que je peux tirer c’est qu’il ne faut pas croire qu’on est comme ci ou comme ça, chercher à se donner une étiquette ou se catégoriser, tout peut arriver. Mais j’aime bien ce petit côté romantique/artiste/libre qu’il donne aux européens. ;D


#46

[quote=“21grams”]
Je crois que Woody Allen aime juste torturer ses personnages psychologiquement, mais sans tirer de conclusions finalement. Vicky se dit que son train-train n’est pas si génial que ça finalement, puisqu’elle veut retourner avec Juan Antonio, et Cristina n’aime pas finalement une vie trop débridée, puisqu’elle repart vers New York. En fait la seule conclusion que je peux tirer c’est qu’il ne faut pas croire qu’on est comme ci ou comme ça, chercher à se donner une étiquette ou se catégoriser, tout peut arriver. [/quote]

C’est exactement ça, en tout cas depuis ses derniers films, on tire la même conclusion : il n’y a pas de conclusion, on apprend rien de la vie. Donc ceux qui râlent et disent qu’ils ont rien appris avec ce film, c’est tant mieux, ils ont vu le même film que nous, ahah.

[quote=“RatQuiRit”]
C’est peut être ce que croit Woody Allen, mais concernant le film, il ne raconte qu’une histoire et ne laisse entendre à aucun moment que tout le monde est aussi débridé que Bardem&Cruz en Europe.

En y repensant il y a bien un moment ou il est dit que Cristina en a vite eu marre du matérialisme américain et qu’elle a enfin trouvé une vie qui lui convienne mieux avec Antonio, mais j’ai pas trouvé ça énorme.
[/quote]

Je crois vraiment que même elle parle carrément de ce mythe européen artistico-libertin… Enfin en tout cas, ça résonnait tout comme pour moi. Mais rien de négatif en ce qui me concerne, je reporte juste ce qu’on a pu me dire à propos du film.