The Quentin Tarantino Archives logo

Métiers du cinéma / Questions techniques


#1

Salut, j’ai une question pour celles/ceux qui connaissent les métiers du cinéma (et sûrement d’autres qui vont suivre)… :slight_smile:



Je me demandais par simple curiosité ce que faisait exactement un directeur de la photographie lors du tournage d’un film. J’ai lu des définitions sur le net, mais c’est pas très concret.



J’espère que ça va pas trop vous prendre la tête ce nouveau sujet héhé…


#2

Le directeur de la photo, c’est grosso modo le type qui est chargé de gérer la lumière et son rendu sur pelloche. Il dirige le placement des projecteurs et de divers trucs afin que la lumière se dépose sur les acteurs 'et ce qui les entoure) de la façon souhaitée par le réalisateur.

Par exemple, tu peux voir la différence de rendu selon l’éclairage dans Kill Bill, notamment dans le vol2, lorsque Beatrix suit son entraînement (la couleur et la texture de l’image sont différentes de la scène où elle affronte Elle). Bon, je schématise car à l’heure actuelle, l’image peut être retriturée numériquement (mais pas chez QT qui déteste ça).

(j’espère que ça va t’aider un peu)

(hey, my first post !)


#3

Salut! je te souhaite la bienvenue sur ce forum et je te remercie beaucoup pour ta réponse! :slight_smile:



Donc il s’occupe juste de l’éclairage et du rendu, ok, en fait c’était cette phrase de wikipédia qui me préoccupait :



Il coordonne les efforts de trois équipes : caméra, machinerie et lumière ou éclairage.



Je pensais du coup que c’était plus compliqué. ;D


#4

[quote=“21grams”]
Salut! je te souhaite la bienvenue sur ce forum et je te remercie beaucoup pour ta réponse! :slight_smile:[/quote]

merci !

[quote=“21grams”]Donc il s’occupe juste de l’éclairage et du rendu, ok, en fait c’était cette phrase de wikipédia qui me préoccupait :



Il coordonne les efforts de trois équipes : caméra, machinerie et lumière ou éclairage.



Je pensais du coup que c’était plus compliqué. ;D
[/quote]

“juste” le rendu, c’est quand même une responsabilité énoooorme (imagine Kill Bill avec la photographie d’un Derrick ;D)… d’ailleurs, sur Boulevard de la Mort, QT s’est chargé lui même de la photo (et le résultat est excellent).


#5

Bienvenu sur le forum !



Ouai alors, je me permets de détailler un peu plus le rôle du directeur photo qui est quand même en effet largement plus complexe. Il doit bien gérer la coordination entre l’équipe caméra (parce que presque tous les directeurs photos sont chef op, donc il doit savoir où se place la caméra, pour savoir quel espace éclairé et comment pour son rendu dans le champ), l’équipe lumière (pour poser les projos, parce que c’est à lui de dire où ils se placent, quels types de projos, quels types de filtres sur les projos), l’équipe machinerie (parce que l’install lumière peut être très compliqué par fois, notamment dans le cas où une salle entière est filmée en plan large, il faut être astucieux pour placer les projos en hauteur, et donc c’est les machinos qui donnent un coup de main pour tout fixer).



Donc un directeur photo ne fait pas que placer des projos, c’est pas juste l’emplacement qui compte, mais quels types de projos, le nombre, les filtres, la puissance la lumière, rien que ça c’est ultra compliqué pour avoir le rendu souhaité.

[quote=“Monsieur Dellamorte”]
Bon, je schématise car à l’heure actuelle, l’image peut être retriturée numériquement (mais pas chez QT qui déteste ça).[/quote]

Toute image est étalonnée en postproduction, même chez Tarantino, si tu fais un comparatif entre les rushes (les images brutes filmées) et le rendu final (après étalonnage). Ne serait-ce pour être passer en dvd, l’image est retouchée, les couleurs remasterisées et ne sont pas les mêmes qu’au ciné pour presque tous les films.



Après peut-être que tu mentionnais la création de source de lumière artificielle par informatique, c’est-à -dire la création de projos virtuels pour éclairer une partie de l’écran (très utilisé dans Sin City même s’ils avaient fait un travail de ouf en lumière avant la postproduction). Là oui Tarantino n’utilise jamais cette méthode.


#6

[quote=“cyber-lili”]
Ouai alors, je me permets de détailler un peu plus le rôle du directeur photo qui est quand même en effet largement plus complexe. Il doit bien gérer la coordination entre l’équipe caméra (parce que presque tous les directeurs photos sont chef op, donc il doit savoir où se place la caméra, pour savoir quel espace éclairé et comment pour son rendu dans le champ), l’équipe lumière (pour poser les projos, parce que c’est à lui de dire où ils se placent, quels types de projos, quels types de filtres sur les projos), l’équipe machinerie (parce que l’install lumière peut être très compliqué par fois, notamment dans le cas où une salle entière est filmée en plan large, il faut être astucieux pour placer les projos en hauteur, et donc c’est les machinos qui donnent un coup de main pour tout fixer).



Donc un directeur photo ne fait pas que placer des projos, c’est pas juste l’emplacement qui compte, mais quels types de projos, le nombre, les filtres, la puissance la lumière, rien que ça c’est ultra compliqué pour avoir le rendu souhaité.[/quote]

j’avais bien dit "grosso modo ;D

(bon, j’avoue avoir un peu trop synthétisé ;D)

[quote=“cyber-lili”]Toute image est étalonnée en postproduction, même chez Tarantino, si tu fais un comparatif entre les rushes (les images brutes filmées) et le rendu final (après étalonnage). Ne serait-ce pour être passer en dvd, l’image est retouchée, les couleurs remasterisées et ne sont pas les mêmes qu’au ciné pour presque tous les films.



Après peut-être que tu mentionnais la création de source de lumière artificielle par informatique, c’est-à -dire la création de projos virtuels pour éclairer une partie de l’écran (très utilisé dans Sin City même s’ils avaient fait un travail de ouf en lumière avant la postproduction). Là oui Tarantino n’utilise jamais cette méthode.
[/quote]

En fait, je ne parlais pas de l’étalonnage “pur” effectivement :wink:

[size=60](en fait, je ne sais même plus trop à quoi je pensais… peut-être à des choses qui ont plus à voir avec les effets spéciaux, bref, bref, bref…)[/size]


#7

Ah oui dans le 2e cas, de création d’effets light, oui Tarantino n’y touche pas (sauf pour sa séquence dans Sin City).



Bon le principal c’st surtout que 21grams comprenne dans l’ensemble, ahah.


#8

[quote=“Monsieur Dellamorte”]
“juste” le rendu, c’est quand même une responsabilité énoooorme (imagine Kill Bill avec la photographie d’un Derrick ;D)…
[/quote]

;D ;D oui pardon je me doutais que c’était du boulot, je me suis mal exprimée… :embarassed:



Merci merci vous deux pour toutes ces explications, et ne vous gênez pas pour parlez entre vous technique, ça fait plaisir de voir qu’il y a des experts, pas comme moi qui n’ai jamais mis un pied en tournage, qui regarde juste le produit final, c’est très intéressant! :smiley:



Donc le réalisateur il dit quel type de lumière il veut quand même, ou il laisse beaucoup de crédit à son directeur de la photo?



Et c’est quoi cette histoire d’étalonnage “pur”? :stuck_out_tongue:


#9

[quote=“21grams”]
Et c’est quoi cette histoire d’étalonnage “pur”? :stuck_out_tongue:
[/quote]
“juste l’étalonnage” si tu préfères (c’est une formule, rien de technique dans ce terme) :wink:


#10

[quote=“21grams”]
Donc le réalisateur il dit quel type de lumière il veut quand même, ou il laisse beaucoup de crédit à son directeur de la photo? [/quote]

Ca dépend des réals, ça dépend des directeurs photo. Le réal peut être très calé niveau technique et donc être très pointu quant au résultat attendu, ou alors il peut l’être moins et donner des indications visuelles (comme des plans de d’autres films, des photos) ou alors laissez carte blanche au directeur photo (et détruire tout son travail une fois fait en disant que c’était pas ce qu’il imaginait pour la scène, ahah).


#11

Ok merci pour ces précisions, et dans le cas de Tarantino, tu sais comment ça se passe?


#12

Je pourrais pas t’assurer à 100% vu comment il est maniaque et qu’il en est quand même arrivé au point d’être son propre chef op/directeur photo, il doit être ULTRA précis sur ce qu’il veut. Il a avoué par contre à la masterclass de Cannes (j’y étais donc j’espère que je me gourre pas) qu’il n’était pas très technique comme réal, donc qu’il ne peut pas parler “technique” avec son directeur photo. Il doit être le 2e type de réal qui sont très visuels et décrivent à fond l’image qu’ils veulent (donc c’est sûrement plus chaud pour un directeur photo parce qu’il doit réussir ce que quelqu’un de pas technique croit être possible).


#13

Ok gracias mucho. :slight_smile:


#14

D’ailleurs j’ai aussi une petite question à ce sujet.

Le directeur photo de Reservoir Dogs (et Pulp Fiction je crois), Andrej Sekula, a réalisé un film lui même dont j’ai oublié le nom. J’en ai entendu parler dans une émission où ils disaient que tous les fans de Tarantino seraient ravis etc. Mais j’ai de sérieux doutes à ce sujet.

Vous pensez que travailler avec QT a pu l’inspirer à d’autres niveaux que le rendu visuel du film ?


#15

Sekula a réal la suite de Cube, je crois, donc je me permettrais pas de lui faire confiance en matière de réal, ahah.



Sekula était aussi chef op sur les films de Tarantino, donc il faut comprendre qu’un chef op ne fait que s’occuper de la lumière (et comme je l’ai dit, c’est de plus en plus rare qu’on est un chef op et un directeur photo, en général, c’st la même personne). Donc non seulement il n’a pas été influencé que par le rendu visuel mais aussi par la composition des cadres, le rythme, etc. Mais dans le cas de Reservoir Dogs, il a fait pas mal de choix cruciaux (en accord avec Tarantino) pour tourner plus vite et c’est aussi lui qui a aidé Tarantino à s’imposer un style.



Par ex, même si c’est Tarantino qui a trouvé la combine de la première scène dans le restau, c’est parce que c’est Sekula qui lui a mis la pression pour pas déborder sur le temps de travail et la tourner plus vite, ne pas avoir de problème de raccords (les persos qui mangent, on ne voit jms leurs assiettes ni ce qu’ils mangent - donc pas de raccords). Pareil pour la scène en voiture quand Mr Orange pisse le sang, Sekula ne pouvait pas tourner en deux plans séparés, Mr White au volant et Mr Orange qui chiale, en variant les angles pour donner du mou au montage - donc Tarantino a dû se “résigner” à mixer les deux actions en un plan, filmé à la place du mort et avec un pano du caméraman. Là encore, la scène fonctionne très bien comme ça au final et c’st plus visuel -mais sur l’impulsion de Sekula.


#16

Intéressant tout ça, je savais pas que son emprunte était si présente dans RD.

J’ai bien aimé Hypercube moi :stuck_out_tongue:

Le titre de son dernier film c’est The Pleasure Drivers, il sortait en DVD il y a quelques mois, mais y a aucune info dessus sur Allocine, je vais peut être le regarder par curiosité.



Mais bon, mes infos viennent d’une émission de 3 minutes sur le cinéma qui passe sur Virgin17, donc c’est pas non plus du grand journalisme…Mais tout le commentaire était vraiment basé sur la similarité avec Pulp et Reservoir Dogs…je suppose que si c’était vraiment le cas, ça se saurait, surtout sur ce forum ^^







Edit: Je suis encore parti pour dévier du sujet là …

Pour me rattraper j’ai une question qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps concernant le métier de producteur.

J’ai beau chercher, je vois pas vraiment en quoi ça consiste, à quel point les producteurs sont impliqués dans le tournage d’un film etc.

C’est la production qui fournis les fonds nécessaires au tournage mais après ? Une fois que ça commence pour de bon, qu’est ce qu’il fait le producteur ?


#17

Ouai regarde sur imdb, plutôt :

http://www.imdb.com/title/tt0425357/



“The Pleasure Drivers” lays out three separate interconnected stories involving an adulterous therapist, a young sociopath call girl, a vicious lesbian hit woman, a white trash kidnapper, and a brain-damaged ex-cult guru. It’s described as funny, sexy, edgy and dangerous. The Pleasure Drivers energetically explores the shadow side of Los Angeles and how it gleefully relates to the gasoline of libido.



La bande-annonce : http://www.youtube.com/watch?v=bNyTjSI4ra0

Bah déjà la première scène dans le bureau, c’est la même que dans Reservoir Dogs ! Après effectivement la scène suivant avec la nana et la bate de baseball, Tarantino aussi (en termes de lieux) - ouai bah je passe les points communs, la bande-annonce les accumule ensuite !!


#18

[quote=“RatQuiRit”]
Edit: Je suis encore parti pour dévier du sujet là …

Pour me rattraper j’ai une question qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps concernant le métier de producteur.

J’ai beau chercher, je vois pas vraiment en quoi ça consiste, à quel point les producteurs sont impliqués dans le tournage d’un film etc.

C’est la production qui fournis les fonds nécessaires au tournage mais après ? Une fois que ça commence pour de bon, qu’est ce qu’il fait le producteur ?
[/quote]

Alors il y a plusieurs types de producteurs. Les producteurs qui principalement amène les fonds, financent le film ou trouvent des financeurs sont les producteurs exécutifs. Sinon la production passe avant le tournage dans : 1) les sponsors du film (qui peuvent amener de l’argent en amont du film), 2) la production gère tous les contracts de toute l’équipe technique, des acteurs, etc, 3) prépare tous les dossiers administratifs pour financer le film (auprès du CNC surtout en France, mais aussi auprès de d’autres boites de prod en collabo), incluant dans le dossier 4) le coût du film détaillé et provisionnel avant les fonds, 5) gère le nombre de jours de tournage et les lieux de tournage (en accord avec l’assistant réal, chargé du plan de travail), etc…



Pendant le tournage, la production gère 1) again tous les contrats sur place, surtout des figurants et des renforts (techniciens appelés à travailler quelques jours en renfort pendant des grosses journées de travail, ou avec les secondes et troisième équipe), 2) vérifie que le budget est respecté et pas flambé (notamment les mètres de pellicule prévus ne doivent pas dépasser, parce que ça coûte extrêmement cher ; pas de surplus sur le budget catering, c’est-à -dire bouffe, etc), 3) c’est souvent la prod qui gère tous les détails genre amener les gens sur le plateau, avec l’équipe régie., 4) être sûr qu’on dépasse pas le plan de travail et le planning surtout (qu’on tourne pas trop lentement par jour, qu’on dépasse pas sur le lendemain, etc, ce qui rallonge le planning et nécessite des changements), etc.



La production après le tournage, en “postproduction”, gère 1) réparer tous les pots cassés de dépassements de budget, donc retrouver des nouveaux plans financiers qui sont en général convaincus avec les premières images des rushes du film, 2) s’occuper de la promo du film donc trouver des sponsors et partenaires (aux USA, souvent genre des grandes marques qui s’associent pour la promo du film et les produits dérivés), faire les affiches promotionnelles-bandes-annonce, s’occuper avec l’équipe d’attachés de presse de caler des apparitions TV et presse de l’équipe, faire le buzz sur le net, avec l’équipe com chargée de la promo, 3) organiser la vie en festival du film, la vie sur les écrans (gérer la distribution du film, faire des copies du film, etc), 4) gérer la vie du film hors-salles, donc produits dérivés (bouquins making-of, figurines, alliances avec McDo, etc, etc) et 5) prévoir d’avance la sortie dvd et ce qui va avec.



En gros, j’ai dû en oublier mais t’as une idée de la complexité du truc et surtout je pense que tu casseras le mythe de : le producteur finance le film… Parce que la majorité es producteurs (hors prod exé) ne sont pas des millionnaires et ont bcp d’autres tâches sur un film.


#19

C’est passionnant comme job alors! Mais ce que je trouve bizarre c’est qu’une seule personne ne peut pas gérer tout ça, ça doit être de nombreuses équipes bien distinctes gérées par le producteur. Dans ce cas comment ça se fait qu’on parle toujours DU ou DES producteurs en citant leurs noms (par exemple dans les crédits), c’est juste un raccourcis qu’on utilise et qui signifie en réalité “production manager” ou un truc comme ça ?



Des réals qui produisent à côté de temps en temps comme QT, ils doivent pas avoir le temps de s’occuper de toutes les étapes que tu cites, enfin je pense pas.


#20

Nope en effet, c’est différents prod. Y en a gros, les prod exé (svt deux ou trois) ou les producteurs classiques. Mais un prod bosse avec un ou plusieurs chargés de prod, eux-même assistés de secrétaires de prod, eux-même assistés de nbrx stagiaires ou assistants. Au final, tu peux avoir une équipe d’une vingtaine en prod. En sachant que ces équipes bossent par ex en postprod avec les équipes de com, les attachés press, etc, ou en amont du tournage avec les équipes de répérages, les directeurs de castings, les différents chefs de poste, les assistants réal.



Les deux ou trois prod en général connus, parlent avec le réal et point barre. Type Weinstein, Bender, etc. Ils ne mettent jms la main à la patte ou alors juste passent deux trois coups de fils pour négo de la tune, un bon contrat. Ce sont des prêtes noms.